02 47 25 84 72 Être rappelé
Vous êtes-ici :
  1. Accueil
  2. Actus
  3. Comment bien choisir son statut

Comment bien choisir son statut pour devenir freelance ?

Autonomie totale, indépendance, horaires flexibles, liberté géographique… L’activité de freelance ne manque pas d’attraits. En France, elle a déjà séduit plus de 4 millions de personnes, selon les derniers chiffres de l'Urssaf, et représentait 12 % de l’emploi total en 2022.

Avant de pouvoir se lancer en tant que freelance, la première étape est de bien choisir son statut juridique. Micro-entreprise, EURL, SASU, portage salarial… Les voies d’accès au freelancing sont multiples et s’accompagnent chacune de plusieurs avantages, mais aussi de quelques inconvénients.

Pour vous aider à démarrer votre activité indépendante de façon sereine et sécurisée, voici tous nos conseils pour bien choisir votre statut afin de devenir freelance.

L’activité de freelance : définition, avantages et inconvénients

Le terme « freelance » fait référence à l’activité d’un travailleur non salarié. Il ne s’agit pas d’un statut, mais d’un mode de travail, qui consiste à exercer une profession à son compte, en vendant des prestations à des clients.

Contrairement au salarié, le freelance n’a pas de supérieur hiérarchique. Il travaille en toute autonomie et choisit librement :

Grâce à cette grande liberté dans l’organisation de son travail, le freelance bénéficie généralement d’un meilleur équilibre vie professionnelle / vie personnelle. Toutefois, à l’inverse du salarié, ses revenus, qui dépendent directement du nombre de missions réalisées, sont irréguliers d’un mois sur l’autre, ce qui peut générer une certaine précarité.

Discipline, rigueur, capacité d’organisation et autonomie font par ailleurs partie des soft skills essentielles pour se lancer en freelance, pour trouver des clients et pour développer son activité professionnelle.

Les métiers pouvant être exercés en freelance sont divers et variés : formateur, coach, rédacteur web, graphiste, développeur web, chef de projet, manager de transition, consultant RH, consultant commercial, consultant AMOA, consultant digital, consultant en ingénierie, consultant en marketing

→ Pour en savoir plus, découvrez quels sont les métiers les plus recherchés et les mieux payés en freelance.

L’importance du statut juridique en tant que freelance

Avant de se lancer en freelance, il est impératif de comparer attentivement les différents statuts qui existent et leurs spécificités. En effet, chaque forme juridique affecte de façon différente votre fiscalité, votre protection sociale et vos obligations comptables et administratives.

Un statut inadapté à votre métier et à vos besoins peut mettre à mal le lancement de votre activité et impacter négativement sa rentabilité et son développement.

Quels sont les différents statuts pour devenir freelance ?

Voici les principaux statuts juridiques permettant de devenir freelance et leurs spécificités :

La micro-entreprise

Accessible à tous, sans capital de départ, la micro-entreprise est très prisée des freelances. En effet, cette structure se crée facilement, via une simple démarche en ligne, de façon rapide et gratuite. Ce statut s’accompagne également de peu de formalités administratives et comptables. Il est simplement nécessaire de déclarer son chiffre d’affaires de façon mensuelle ou trimestrielle.

En outre, les cotisations sociales sont proportionnelles à vos revenus : vous payez des charges sociales à la hauteur de votre chiffre d’affaires. Si vous n’avez pas généré de revenus, vous n’avez rien à payer.

Malgré ces avantages, la micro-entreprise s'accompagne de plusieurs inconvénients. En effet, en tant qu’auto-entrepreneur, votre protection sociale est réduite, ce qui implique notamment une faible cotisation à la retraite et une couverture santé souvent insuffisante.

De plus, avec ce statut, le chiffre d’affaires est plafonné. Voici les seuils en vigueur depuis le 8 mai 2024 :

• 188 700 € annuels pour les activités de vente de marchandises, de vente de denrées à consommer sur place et de prestations d’hébergement.

• 77 700 € annuels pour les prestations de services commerciales ou artisanales et pour les activités libérales.

Ce statut, souvent assimilé à une certaine précarité, rend également très difficile, voire impossible, l’obtention de prêts bancaires.

De ce fait, si la micro-entreprise est avantageuse pour démarrer son activité rapidement, sans prendre de risques financiers, elle n’est pas adaptée aux freelances qui prévoient de réaliser un chiffre d’affaires supérieur aux plafonds imposés, ou qui souhaitent bénéficier d’une protection sociale performante.

L’entreprise individuelle (EI)

Structure simple et relativement flexible, L’EI (entreprise individuelle) permet d’exercer une activité professionnelle en son nom propre, à titre individuel. Contrairement à la micro-entreprise, il n’y a pas de limite de chiffre d’affaires, et il est possible de déduire les frais professionnels réels (frais de déplacement, location d’un espace de travail, etc.). Toutefois, avec cette forme juridique, l’entrepreneur est responsable des dettes de l’entreprise de façon illimitée. Autrement dit, en cas de difficultés financières, son patrimoine personnel peut être engagé.

La création de l’EI ne nécessite pas de capital minimum ni d’importantes démarches et les obligations comptables sont moins lourdes qu’avec une société. Toutefois, sa gestion est plus complexe que celle d’une micro-entreprise.

À l’image de cette dernière, la protection sociale de l'entrepreneur individuel est faible et ce statut renvoie une image souvent moins solide et professionnelle qu’une société, auprès des partenaires, investisseurs et des établissements bancaires.

L’EURL

L’EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) est une SARL avec un seul associé. La responsabilité de ce dernier est limitée à ses apports, ce qui permet de protéger son patrimoine personnel en cas de faillite.

Pour créer une EURL, le capital social minimum se limite à 1 € symbolique, mais les démarches peuvent s’avérer assez fastidieuses et onéreuses (rédaction des statuts, déclaration au CFE - Centre de Formalités des Entreprises ; déclaration au RCS - Registre du commerce et des sociétés…).

Ce statut est apprécié pour sa flexibilité fiscale (choix entre l’IR - impôt sur le revenu et l’IS - impôt sur les sociétés) et pour la crédibilité qu’il véhicule. Toutefois, l’EURL s’accompagne d’un certain nombre de démarches de gestion assez complexes et de lourdes obligations fiscales et comptables.

L'EURL est donc un choix adapté aux entrepreneurs qui souhaitent démarrer seuls leur activité, tout en envisageant de s’entourer rapidement d’autres associés en évoluant vers une SARL. Cette structure juridique implique cependant d’être très à l’aise avec la gestion administrative et d’être prêt à investir dans des démarches de création onéreuses.

La SASU

La SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) est une forme d’entreprise qui ne compte qu’un seul associé, détenteur de l'ensemble des parts sociales et dont la responsabilité est limitée aux apports. Cette société est soumise à l’IS (impôt sur les sociétés), mais l’entrepreneur a la possibilité d’opter pour l’IR (impôts sur le revenu), sous certaines conditions. Il rédige librement ses statuts et définit à son gré les règles de fonctionnement de sa SASU, ce qui lui offre une grande souplesse de gestion.

Ce statut a l’avantage, comme toute société, de renvoyer une certaine crédibilité aux yeux des partenaires financiers, ce qui peut simplifier l’obtention de financements et la gestion des relations commerciales. Comme l’EURL, la SASU s’accompagne toutefois de démarches de gestion et d’obligations administratives et comptables plus strictes et complexes que la micro-entreprise ou l’entreprise individuelle.

Toutefois, avec la SASU, l’entrepreneur a un statut d’assimilé salarié, ce qui lui permet de bénéficier du régime général de la sécurité sociale.

C’est donc une structure intéressante pour les porteurs de projets cherchant à bénéficier d’un statut évolutif et d’une forte légitimité dans leur activité, et n’ayant pas peur des lourdes démarches administratives.

Le portage salarial

À la croisée du salariat et du statut de travailleur indépendant, le portage salarial permet à un consultant porté d’exercer en freelance, tout en bénéficiant du statut de salarié. Il s’organise selon un accord contractuel tripartite entre le consultant porté, l’entreprise cliente et la société de portage salarial. Le freelance en portage salarial signe un contrat de travail en CDD ou CDI avec l’entreprise de portage salarial et effectue ses missions directement auprès de la société cliente. Il perçoit ensuite, tous les mois (selon son chiffre d’affaires généré), un salaire versé par l’entreprise de portage salarial, après déduction des frais de gestion et des charges. En contrepartie de ces frais de gestion, la société de portage salarial s’occupe de toutes les démarches comptables, juridiques, administratives et fiscales (facturation, déclaration des cotisations sociales, gestion des impayés…).

Le portage salarial est ouvert à toute personne dotée d’un Bac +2 ou de 3 ans d’expérience professionnelle dans le secteur concerné. Pour se lancer, il suffit d’entrer en contact avec une entreprise de portage salarial. Toutefois, il faut savoir que les professions réglementées (médecins, avocats, experts-comptables, commissaires aux comptes, notaires…) ainsi que les activités de services à la personne (garde d’enfant, assistance aux personnes âgées, aux personnes en situation de handicap…) ne peuvent pas être exercées en portage salarial.

Ce statut est idéal pour ceux qui souhaitent bénéficier de tous les avantages du statut de freelance (indépendance, autonomie, liberté…) et du salariat. En effet, en tant que consultant porté, vous avez un statut de salarié, ce qui vous ouvre les mêmes droits que tout autre salarié : assurance santé et prévoyance, mutuelle d’entreprise, assurance chômage, cotisations à la retraite de base et complémentaire, congés payés, accès à la formation continue, continue, facilité d’obtention de prêts bancaires

Voici un récapitulatif des avantages et inconvénients de chaque statut de freelance :

Statut

Avantages

Inconvénients

La micro-entreprise

  • Facilité de création
  • Simplicité administrative
  • Charges sociales proportionnelles aux revenus générés
  • Protection sociale est réduite
  • Chiffre d’affaires limité
  • Peu de déductions fiscales et sociales
  • Accès limité aux financements
  • L’EI

  • Aucun plafond de CA
  • Aucun capital minimum requis
  • Création et gestion peu complexes
  • Comptabilité allégée
  • Déduction des frais réels
  • Faible protection sociale
  • Responsabilité illimitée
  • Charges sociales calculées sur le revenu imposable
  • Accès limité aux financements
  • L’EURL

  • Responsabilité limitée aux apports
  • Optimisation fiscale
  • Image professionnelle
  • Déduction des charges réelles
  • Évolution vers la SARL
  • Démarches de création complexes et onéreuses
  • Gestion et obligations comptables et fiscales lourdes
  • Charges sociales sur les bénéfices
  • La SASU

  • Responsabilité limitée aux apports
  • Organisation flexible et personnalisable
  • Optimisation fiscale
  • Déduction des charges réelles
  • Forte crédibilité
  • Régime général de la sécurité sociale
  • Formalités de création coûteuses et complexes
  • Contraintes de gestion importantes et obligations comptables lourdes
  • Charges sociales élevées
  • Le portage salarial

  • Un statut facile d’accès
  • Aucune limite de CA
  • Une protection sociale complète et élevée similaire à tout salarié
  • Aucune démarche de gestion ni formalité administrative
  • Un accès à la formation continue
  • Une sécurité financière
  • Flexibilité, autonomie et indépendance dans la gestion de l’activité
  • L’obtention de prêts bancaires est facilitée grâce au CDI (contrat de travail à durée indéterminée).
  • Certaines professions ne sont pas compatibles
  • Des frais de gestion allant de 5 % à 10 %
  • Des risques liés au choix de la société de portage salarial. Privilégiez les entreprises solides, dotées d’une ancienneté et favorisant un accompagnement humain et individualisé.
  • Comment choisir son statut de freelance ?

    Avoir avoir comparé les spécificités de chaque statut, vous pourrez faire votre choix de statut en freelance en prenant en compte ces différents critères :

    • La nature de votre activité
    • Vos perspectives de croissance
    • Votre situation familiale
    • Vos besoins en matière de protection sociale et prévoyance
    • Votre chiffre d’affaires prévisionnel
    • Vos projets personnels (investissement immobilier, travail à distance depuis l’étranger…)
    • Votre situation fiscale
    • Votre cible de clients
    • Vos capacités de financement
    • Votre aisance avec l’administratif

    Prenons quelques exemples :

    • Si vous souhaitez vous lancer en tant que manager de transition en freelance, il y a de grandes chances pour que votre salaire dépasse rapidement les 77 700 € annuels imposés par la micro-entreprise. Dans ce cas, la création d’une société ou le portage salarial seront plus adaptés.
    • Si vous, ou votre famille, avez besoin d’une protection sociale très performante (enfants en bas âge, problème de santé chronique, besoins en soins dentaires et optiques…), le portage salarial sera alors préférable, car il vous permettra de bénéficier d’une assurance maladie et d’une mutuelle d’entreprise très élevées, similaires à celles d’un salarié traditionnel.
    • Si vous êtes porteur de projet et que vous souhaitez tester votre idée, sans investir, avant de créer une entreprise, le portage salarial ou la micro-entreprise seront préférables.
    • Si vous avez pour projet d’investir dans l'immobilier après vous être lancé en freelance, le portage salarial sera plus adapté. C’est en effet le seul statut de freelance permettant d’obtenir un CDI : un facteur décisif lors de l’attribution d’un prêt immobilier par une banque.
    • Si vous êtes jeune diplômé et que vous souhaitez vous lancer en tant que digital nomad, la micro-entreprise et le portage salarial vous conviendront certainement mieux pour leur simplicité d’accès et de gestion.
    • Si les démarches administratives ne vous effraient pas et que vous disposez d’un capital de départ pour la création de votre société, vous pourrez alors opter pour l’EURL ou la SASU.
    • Si vous êtes cadre senior et que vous souhaitez vous lancer rapidement dans une activité indépendante avec des perspectives de salaire élevées, zéro contrainte de gestion et en conservant vos avantages sociaux, privilégiez le portage salarial.
    • Si vous exercez une activité nécessitant de nombreux déplacements (consultant, coach, formateur, photographe…), privilégiez le portage salarial qui vous permet de bénéficier d’un remboursement des frais de déplacement.
    • Si vous prévoyez de collaborer avec des grands comptes ou des clients exigeants et sélectifs, la création d’une entreprise (EURL, SASU…), permettra de véhiculer plus de légitimité et de professionnalisme que le statut de micro-entreprise, qui peut limiter les opportunités de collaboration avec de grandes entreprises. Le choix du portage salarial sera également propice car il vous permet de bénéficier des référencements de l’entreprise de portage salarial et donc d’accéder plus facilement aux grands comptes.
    • Si vous exercez un métier qui évolue rapidement (ingénieur IT, développeur web…) et que vous souhaitez bénéficier d’un accès à la formation continue pour monter en compétences, le choix du portage salarial sera plus favorable.

    Pour être accompagné dans le choix de votre statut juridique en tant que freelance, n’hésitez pas à faire appel à un expert-comptable ou à un juriste. Ces professionnels pourront vous expliquer les implications fiscales, sociales et comptables de chaque statut et vous orienter vers la forme juridique la plus adaptée à vos besoins, à votre projet et à votre situation personnelle et professionnelle.

    Devenir freelance : pourquoi opter pour le portage salarial avec Quorélations ?

    Faire le choix du portage salarial, c’est opter pour un statut sécurisant, qui conjugue les atouts du freelancing et du salariat, sans les inconvénients.

    Ce statut juridique vous permet ainsi de vous lancer sereinement, sans avoir à engager votre patrimoine personnel, ni à passer par des démarches de création fastidieuses. Allégé des formalités administratives, vous vous concentrez à 100 % sur votre métier, sur vos missions et sur le développement de votre activité.

    Chez Quorélations, société de portage salarial, nous vous proposons un accompagnement personnalisé, humain et de proximité.

    Dès le premier contact, vous êtes accompagné par un interlocuteur unique, qui répond à vos questions, vous conseille et vous assiste dans le développement de votre activité. Les membres de notre équipe, issus des métiers du conseil, connaissent par cœur les enjeux et défis liés aux prestations de services aux entreprises et à votre métier. Ils sauront vous délivrer des conseils personnalisés et avisés à chaque étape du développement de votre activité grâce à un accompagnement à 360° :

    • Aide à la définition de votre TJM (tarif journalier moyen) ;
    • Mise à disposition d’outils marketing (cartes de visite, supports de prospection…) pour faciliter le démarchage des clients ;
    • Relecture de vos offres commerciales et de votre CV de consultant porté ;
    • Aide à la négociation commerciale ;
    • Un accès à la formation continue pour monter en compétences et préserver votre compétitivité au gré des évolutions de votre métier ;


    Par ailleurs, notre entreprise de portage salarial fait partie d’un écosystème plus large, auprès de
    la société de conseil en transformation des organisations Hibryd. Grâce à ce partenariat étroit, Hibyrd peut proposer à nos consultants portés des offres de mission variées, vous permettant de démarrer et d’évoluer rapidement dans votre nouvelle activité de freelance.

    Les autres articles en relation

    Statut et portage salarial en tant que coach / formateur / consultant RH
    Publié le 10 juin 2024

    Quel statut juridique en tant que coach / formateur / consultant RH ?

    Liberté dans le choix des projets, meilleure rémunération et qualité de vie, les arguments ne...

    Lire la suite
    Le statut juridique d'un manager de transition
    Publié le 12 avr. 2024

    Quel statut juridique pour exercer en tant que manager de transition ?

    Allié de choix en période de transformation, de gestion de crise ou d’urgence managériale, le...

    Lire la suite
    Le statut juridique d'un graphiste
    Publié le 12 mars 2024

    Quel statut juridique choisir pour exercer en tant que graphiste ?

    Vous désirez vous lancer en tant que graphiste professionnel et vous vous questionnez sur le statut...

    Lire la suite
    Le statut juridique d'un chef de projet
    Publié le 11 janv. 2024

    Quel statut juridique pour exercer en tant que chef de projet ?

    Vous souhaitez exercer en tant que chef de projet et vous vous interrogez sur le statut juridique à...

    Lire la suite
    Portage salarial vs EURL, SASU ou AE

    Quel statut choisir entre portage salarial, EURL, SASU ou AE ?

    Vous êtes prêt à démarrer votre activité professionnelle d’indépendant et cherchez le statut qui vous conviendra le mieux ? Plusieurs...

    Lire la suite

    Les derniers articles publiés

    Statut et portage salarial en tant que coach / formateur / consultant RH
    Publié le 10 juin 2024

    Quel statut juridique en tant que coach / formateur / consultant RH ?

    Liberté dans le choix des projets, meilleure rémunération et qualité de vie, les arguments ne...

    Lire la suite
    Le portage salarial et la digitalisation de la fonction RH
    Publié le 4 juin 2024

    Digitalisation de la fonction RH : comment le portage salarial peut être votre allié ?

    Aujourd’hui incontournable, la digitalisation de la fonction RH vient s’ajouter...

    Lire la suite
    Publié le 17 mai 2024

    Comment bien choisir son statut pour devenir freelance ?

    Autonomie totale, indépendance, horaires flexibles, liberté géographique… L’activité de freelance ne manque...

    Lire la suite
    Freelance, pensez au portage salarial pour votre prêt immobilier
    Publié le 13 mai 2024

    Optimisez vos chances de prêt immobilier si vous êtes freelance

    Dans l’imaginaire collectif, l’acquéreur immobilier est un salarié en CDI, statut qui a longtemps été...

    Lire la suite
    Avoir son propre site web quand on est freelance
    Publié le 2 mai 2024

    Est-ce utile d'avoir son site web quand on est freelance ?

    Être freelance signifie mener à bien ses missions auprès des clients, mais aussi communiquer sur son offre...

    Lire la suite

    La version responsive
    est en cours de développement.