Contactez-nous
Vous êtes-ici :
  1. Accueil
  2. Guide
  3. Devenir freelance
Jhon jim 5bibtwxbtwk unsplash
jhon-jim-5BIbTwXbTWk-unsplash.jpg

Comment devenir freelance ?

Fin 2019, on comptait près de 3,6 millions de travailleurs indépendants en France, selon l’Urssaf. Avec une croissance annuelle de 3,3 % depuis 2009, le statut de freelance a le vent en poupe et séduit de plus en plus de professionnels à la recherche de liberté et d’indépendance dans leur activité. Vous souhaitez vous aussi vous lancer en tant que travailleur indépendant ? Nous faisons le point sur ce mode de travail et sur les différents statuts juridiques pour devenir freelance.

Qu’est-ce qu’un freelance ?

Un freelance est un professionnel qui travaille à son compte et qui est indépendant dans l’exercice de sa profession. Il gère son activité en toute autonomie et n’a pas d’employeur.

Il ne s’agit pas d’un statut juridique à proprement parler, mais plutôt d’un mode de travail. Il existe en effet différentes structures juridiques pour devenir freelance.

Qui peut devenir freelance ?

Toute personne peut choisir, à tout moment de sa carrière, d’exercer son activité en tant que freelance. Le statut de travailleur indépendant regroupe par ailleurs un large panel de métiers très divers, que ce soit des activités artisanales, commerciales, des prestations de services…

Devenir freelance : avantages et inconvénients

Devenir freelance, c’est choisir d’être son propre patron et de s’affranchir de la structure hiérarchique propre au salariat traditionnel.

Le statut de freelance offre de nombreux avantages, tels que :

  • une liberté d’organisation
  • une grande indépendance
  • une flexibilité dans la gestion de l’activité
  • aucun horaire ni aucun lieu de travail imposés
  • la possibilité de choisir librement ses clients, ses missions, ses tarifs…
  • une souplesse qui favorise l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Toutefois, devenir freelance présente aussi certaines limites, qu’il est important de connaître avant de se lancer.

Voici quelques inconvénients liés à l’activité de freelance :

  • un risque d’instabilité financière, avec des revenus irréguliers
  • sous certains statuts juridiques :
  • une faible protection sociale
  • un chiffre d’affaires limité
  • des démarches de création et de gestion parfois lourdes et complexes
  • une importante part de prospection commerciale et de démarchage.

Quel statut juridique choisir pour devenir freelance ?

Le choix du statut juridique pour devenir freelance dépend de plusieurs critères. Il faut notamment prendre en compte les spécificités de votre projet, votre expertise et vos perspectives de développement.

Voici les principaux statuts juridiques pour devenir freelance :

L’entreprise individuelle (EI) ou EIRL

L’entreprise individuelle est une forme juridique très souple, peu coûteuse et simple à mettre en place. Comme son nom l’indique, elle est uniquement constituée d’un entrepreneur individuel, personne physique, qui détient les pleins pouvoirs. Il est responsable sur ses biens personnels, à moins d’opter pour l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée), qui lui permet de créer un patrimoine professionnel.

Le freelance en entreprise individuelle bénéficie de la sécurité sociale des indépendants et son chiffre d’affaires est soumis à l’impôt sur le revenu (en EIRL, il est possible de choisir l’impôt sur les sociétés).

La micro-entreprise (ou auto-entreprise)

Le statut de micro-entrepreneur (autrefois auto-entrepreneur) permet de créer une entreprise individuelle de façon simple et rapide. Cette forme juridique a en effet l’avantage d’offrir une grande facilité de création et de gestion.

Toutefois, avec ce statut, le CA du micro-entrepreneur est limité à :

  • 176 200 € annuels pour les activités de vente de marchandises, de vente de denrées à consommer sur place et de prestations d’hébergement.
  • 72 600 € annuels pour les prestations de services commerciales ou artisanales et pour les activités libérales.

La micro-entreprise est souvent privilégiée en début d’activité, pour démarrer rapidement sans prendre trop de risques.

L’EURL

L’EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) est une SARL avec un seul associé. La responsabilité de ce dernier est limitée à ses apports (sauf en cas de fautes de gestion s’il est également gérant de la société).

Cette forme juridique est soumise à l’impôt sur le revenu de l’associé unique s’il s’agit d’une personne physique, et à l’impôt sur les sociétés s’il s’agit d’une personne morale.

La SASU et la SAS

Ce type de sociétés offre une grande souplesse concernant le capital et la transmission des actions. Elles se composent d’au moins un associé (si ce dernier est seul, la SAS devient alors une SASU - Société par actions simplifiée unipersonnelle).

La responsabilité de l’associé est limitée à son apport. Le président d’une SAS est assimilé-salarié. Les bénéfices sont soumis à l’impôt sur les sociétés (il est toutefois possible de choisir l’impôt sur le revenu sous certaines conditions).

Le portage salarial

Le portage salarial est un statut hybride, qui permet à un consultant porté d’exercer en freelance, tout en bénéficiant du statut de salarié. Le professionnel dispose ainsi d’une protection sociale et prévoyance complète (retraite, chômage, mutuelle santé…). Il se libère également des démarches administratives, comptables et fiscales relatives à la gestion d’une activité de freelance.

Le portage salarial s’organise avec un accord contractuel tripartite entre le consultant porté, l’entreprise cliente et la société de portage salarial. Le porté peut exercer en CDI ou en CDD.

Pourquoi choisir le portage salarial pour devenir freelance ?

À mi-chemin entre le salariat et le statut de travailleur indépendant, le portage salarial permet de bénéficier du statut de salarié tout en préservant la liberté d’une activité freelance.

Voici quelques-uns des avantages du portage salarial :

  • une couverture sociale et prévoyance
  • une assurance santé et une mutuelle d’entreprise
  • des congés payés
  • des droits au chômage
  • des cotisations retraite
  • des droits à la formation
  • la souplesse, la liberté et l’autonomie dans l’activité
  • le patrimoine personnel n’est pas engagé
  • il n'y a pas de contraintes de gestion administrative, fiscale, comptable : c’est l’entreprise de portage salarial qui s’occupe de tout (gestion des charges sociales, obligations comptables, gestion de la facturation, envoi des devis…)
  • un statut simple à mettre en place, facile d’accès et ouvert à une grande diversité de profils.

Avec Quorélations, société de portage salarial, vous pouvez devenir freelance tout en bénéficiant d’un cadre de travail sécurisé et rassurant, ainsi que d’un accompagnement personnalisé à chaque étape du développement de votre activité.

La version responsive
est en cours de développement.